Le bal de la plume

Ça y est c’est officiel : la saison 2018 du bal de la plume est ouverte.

Plus élitiste que le bal de l’X et plus populaire que le bal des pompiers, la valse déclenchée par la recherche de partenaire(s) de double ou triple est une opération tout en subtilité qui chaque année démarre un peu plus tôt. La dernière compétition parisienne a été l’occasion pour les uns d’observer les autres et les premiers SMS ont commencé à fuser, dès le dimanche soir.

« Ça te dirait de jouer en double avec moi ? »

La première prise de contact avec un.e partenaire potentiel.le est un moment délicat qui rappellerait presque les premières amours lycéennes par ses tentatives timides et maladroites. À ceci près que la sensiblerie et les espoirs naïfs sont remplacés par des manœuvres calculatoires visant à s’assurer d’une manière ou d’une autre un « bon parti » pour la prochaine compétition. Les propositions multiples et parallélisées sont monnaies courantes et le bal de la plume donne régulièrement lieu à des sollicitations triangulaires, à côté desquelles les plus célèbres soap opera de la télévision américaine font pâle figure.

« J’aimerais vraiment, mais je ne suis pas disponible »

Dans ce jeu de la plume et du hasard, une compréhension affûtée du terreau des joueurs est cruciale (« tel joueur est un bon passeur », « celui-ci progresse vite ») et choisir le moment opportun pour planter une graine de collaboration est une volupté de fin stratège ; c’est probablement par le fait de ce contexte jardinier que les râteaux fleurissent autant dans la communauté de la plume. Plus dramatique encore : les ruptures sont fréquentes, les longues histoires sportives se terminant souvent par un « je pense que j’ai besoin d’une pause ».

Qui dit plume, dit corbeau ; qui dit corbeau, dit ragot

Nous vous le disions : les premiers pas de danse ont commencé dimanche soir. Toujours au service de sa communauté, le comité de rédaction a fait un petit état des lieux des diverses négociations en cours. L’éthique du comité le pousse cependant à ne vous dévoiler qu’une part du gâteau. Saurez-vous identifier le reste ?

Très tôt L. a demandé à A. si une équipe avec J. et F. l’intéresserait, alors que A. renvoyait G. à J. pour une autre compétition. Comme chaque année, X. est sollicité plusieurs fois mais apprécie trop son idylle avec T. pour la remettre en question. Par ailleurs, tout le monde se demande bien sûr avec qui A. pourra bien jouer si J. joue avec V. à M. Pendant ce temps-là, J. essaie de mettre le grappin sur E. en lui proposant de jouer avec J. en triple et un autre J. (décidément !) n’est pas prêt de se remettre avec E. depuis le cocuage avec L.

En tous les cas, pour les joueurs esseulés et à mesure que la prochaine compétition approche, l’urgence se fera de plus en plus sentir et il faudra vite se dénicher un partenaire, au risque de se retrouver à jouer avec C.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s